le " Liban Fort": nous faisons tout le nécessaire afin de faciliter l'élection d'un président de la République
Tayyar -


Le bloc du “Liban fort” s’est réuni sous la présidence du député Gebran Bassil et suite à la discussion de son ordre du jour, a publié le communiqué suivant :

1 – Le Bloc souligne la nécessité pour le gouvernement intérimaire de se conformer pleinement à la Constitution, quant à la limitation de ses prérogatives à l’expédition des affaires courantes uniquement, tout en s’abstenant de tenir des réunions du Conseil des ministres ou de prendre n’importe quelle autre mesure inconstitutionnelle.

Le bloc met en garde contre toute tendance à considérer le fonctionnement de l'État possible en l'absence d'un président de la République, ce qui sera considéré comme une sorte de normalisation de l’anormalité et de prolongation du vide du premier poste constitutionnel. Par conséquent, le bloc réitère son rejet total de toute tentative d'accorder au gouvernement intérimaire les pouvoirs du président de la République.

Le bloc affirme que, lors de sa dernière session législative, la Chambre des députés a confirmé que le gouvernement intérimaire n’exercera pas les pouvoirs du président de la République par intérimaire, avec un engagement en ce sens du Premier ministre intérimaire au cours de la même session.

2 - Le bloc considère que l'attaque ayant visé les jeunes et les étudiants du Courant Patriotique Libre sur le plateau de la MTV, suivie d’une multitude de réactions médiatiques aberrantes émanant de cette dernière et de positions politiques peu innocentes, reflète clairement une intention flagrante de renouveler la campagne de diffamation programmée contre le parti, en le diabolisant et en l’exposant comme étant une milice armée alors qu'il constitue le parti regroupant des individus soumis à la loi, à la légitimité ainsi que l'état des institutions.

Le bloc prévient les personnes en question que ceux qui ont résisté face aux circonstances les plus pénibles ne succomberont point ni au chantage ni aux menaces. De plus, faire renaître les circonstances du 17 octobre est inadmissible en termes de ciblage d'un courant souverain garant d'un projet et d'un long chemin tracé par le Président Général Michel Aoun. Par conséquent, le Bloc appelle les parties qui œuvrent à dresser le parti contre l'armée libanaise à s'en abstenir, puisque tout affrontement entre l'armée et le parti né des entrailles de cette institution, s’avère impossible et n'aura jamais lieu ; l’armée est et restera le pilier de la nation et le garant de son unité, de son indépendance et de sa souveraineté.

En tout état de cause, le Bloc demande à la chaîne de diffuser dans les plus brefs délais les bandes d'enregistrement qui montrent les faits tels quels sans se dissimuler derrière des prétextes futiles pour essayer de les faire disparaître. Le bloc attend l'issue du dossier, actuellement entre les mains du Procureur de la République de cassation, et le prie de mener toutes les investigations nécessaires, de définir les responsabilités et d’inculper les auteurs responsables. Nous n’accepterons en aucun cas d’étouffer l’affaire ce qui ne fera qu’augmenter nos soupçons en un complot mené par certaines parties contre le Courant.

3 - Le bloc considère qu'il fait tout le nécessaire afin de faciliter l'élection d'un président de la République en application des normes constitutionnelles, même si le fait de chercher le candidat propice à cette période nécessite un dialogue et une communication et une sérieuse discussion entre les différents partis, toutefois le bloc n'est nullement prêt à participer à n’importe quelle tentative visant à faire perdre du temps afin de servir les intérêts de n'importe quel autre parti pour des fins populistes.

Le bloc affirme que le vote blanc avait et a toujours pour son seul objectif de faire place au consensus et pas de perpétuer les défaillances. De plus, le bloc ne rentrera pas dans le jeu de la diffusion de noms d’une manière anarchique. Ainsi, les blocs parlementaires sont invités à nous retrouver à mi-chemin et à répondre à la feuille des priorités présidentielles que nous leur avons dressée afin de nommer des candidats aptes à représenter par leur personne, leur droiture et leur passé le profil attendu qui occupera la première position à la tête de l'Etat.

 



read more